Home Page    Biography   Compositions    Events

Page d'accueil   Biographie   Compositions   Événements

 

 
Nigel Keay - Diversions pour orchestre de chambre (2003)

Diversions pour Orchestre de chambre, instrumentation : flûte, hautbois, clarinette en La, basson, cor en Fa, & cordes.

En trois mouvements, durée : ca. 16 minutes  1. Allegro (5'26")   2. Lento (7'00")   3. Lento-Andante (3'30")

Audio (mp3); Mouvement 1,   Mouvement 2.

Diversions, version pour Quintette (hautbois, clarinette, violon, alto & contrbasse) (version originale)

Orchestral parts for diversions for Chamber Orchestra: Divs CO Flute Part, Divs CO Oboe Part, Divs CO Clarinet Part, Divs CO Bassoon Part, Divs CO Horn Part, Divs CO Violin 1 Part, Divs CO Violin 2 Part, Divs CO Viola Part, Divs CO Cello Part, Divs CO Double Bass Part.

Diversions - Notice de l'œuvre

Composé en 2003, Diversions pour orchestre de chambre est né directement de deux expériences d'interprète du compositeur. Cette année-là, il joue en concert la partie d'alto du Quintette de Prokofiev pour hautbois, clarinette, violon, alto et contrebasse, et participe à une interprétation de la suite Appalachian Spring de Copland dans sa version originale pour 9 cordes, 3 vents et piano.

Le titre "Diversions" est à prendre d'abord dans le sens de "distraction," ce qui signifie que l'œuvre est avant tout abstraite, et n'illustre aucune idée philosophique ou poétique. C'est ainsi que Stravinsky concevait la musique, comme un art qui ne fait référence qu'à lui-même.
L'autre sens de "diversion", ie "le fait de détourner quelqu'un d'une voie" peut également se poser à propos de cette œuvre : De quelle voie se détourne le compositeur ? Quelle est la voie à suivre, et peut-il exister des diversions en musique ?

L'Orchestre National de Nouvelle-Zélande dirigé par Kenneth Young a joué une partie de Diversions avant son achèvement au cours d'un atelier de lectures en novembre 2003 à Wellington.

Peter Mechen a commenté cette lecture dans le numéro 23 de Sounz News : "Diversions 1 & 2 pour cordes et vents de Nigel Keay présente, tel un Janus un visage double où l'énergie et l'humour du premier mouvement contrastent avec le sérieux et l'élan passionné du second."

This page in English British flag